Florence Ferin

06 09 63 06 22

83110 Sanary sur Mer
et

05100Briançon

Par la bouinotte ...

Par la lucarne ... que se passe-t-il ?

L'enfant de neige est très sollicité en cette fin d'année. A cette saison, on pense à la neige et au merveilleux. Je serai donc en tournée dans toute la région PACA du 10 au 23 décembre et dans l'Orangerie du magnifique château de Bouges, dans l'Indre, du 28 au 30 décembre.

Mais la création est comme une source : En émergence phréatique, je prépare la version finale de ce même conte pour un public adulte cette fois.

"Fleur de Givre" prend en compte la généalogie de l'enfant de neige. En effet, Snegourotchka, la fille de neige, est fille du Roi de l'Hiver et de la Fée du Printemps et Yarilo, dieu de la fertilité est extrêmement jaloux de cette relation et surtout de cette naissance.Il menace de faire fondre Snégourotchka à la puissance de ses rayons.

Depuis toute petite, Fleur de Givre est donc enfermée, d'abord pour la protéger puis pour l'empêcher. Elle est prisonnière d'un père glacé par la peur qui prend bien soin d'écarter la mère de l'enfant. Lelia est impuissante devant la folie de son mari. C'est une femme douce qui parcourt la terre pour la fleurir de ses chants et de sa beauté. Fleur de Givre ne la voit presque jamais.

Mais un jour, sa jeunesse fougueuse et son désir lui feront franchir la frontière de la soumission pour découvrir le sens du vivant et au parfum de l'amour, l'épreuve sensuelle de sa métamorphose. Car Fleur de Givre fond pour naître enfin à sa vie de femme.

J'avais déjà écrit une première mouture de ce conte, largement inspirée de la mythologie Russe, du conte théâtral d'Alexandre Ostrovski sur une musique de Tchaïkovski, de l'opéra de Rimski-Korsakov et le magnifique dessin animé soviétique "La fille des neiges" de Ivan Ivanov-Vano. Mais cette première mouture ne me satisfait pas complètement. "Ma fille de neige" résonne avec la vie contemporaine, avec la mienne et celle de beaucoup d'autres. "Fleur de Givre" va devoir fuir son enfance tiraillée entre un père complètement givré et une mère écartée, écartelée. C'est l'enfance froide qu'elle quitte pour renaître au feu de la vie véritable. Celle qui nous fait libre et amoureux.

Je reprend donc le texte d'une manière moins conventionnelle et j'ai demandé à Emmanuel Rey, qui a déjà créé la musique de l'enfant de neige, de composer pour une boite à musique 33 notes cette fois.

Vive le vent d'hiver !!

Et vive la chaleur de l'amour !!!